Dans la cour des vieux moutons

Ce soir, je vais parler PlayStation. Et plus précisément des jeux PS1 qu’il faut avoir dans sa bibliothèque quand on possède toujours la PS1 ou la PS2.

La Play 1 était ma deuxième console de quand j’étais petite (la première ayant été la NES). La PlayStation est sortie en 1995 en Europe. Je n’avais que 4 ans quand elle est sortie, j’ai dû avoir ma première Play en 99, vers 8/9 ans un truc comme ça. Et j’ai d’ailleurs eu la PlayStation 2 l’année de sa sortie, genre 1 an plus tard je crois.

Bref, la PS1 est une console de la cinquième génération. La cinquième génération, dans le monde du jeu vidéo, représente l’ère des 32 et 64 bits. C’est l’époque du « complètement 3D » avec des nouveaux types de Game Play. On se souvient tous du Super Mario 64, qui était très bizarre à manier au début ou de Ocarina Of Time sur la N64. Pour la Play, ce sont des jeux comme Tom Rider, Spyro the Dragon, Tekken, ou encore Grand Turismo qui ont marqué notre enfance. Mais il y a aussi d’autres jeux, peu connus qui mériteraient qu’on y jette un oeil, si l’envie de rejouer à des jeux PS nous prend.

Je vais commencer par Courier Crisis !

Dans ce jeu, vous incarnez un biker qui doit livrer le courrier le plus rapidement possible dans des grandes villes, genre Chinatown, ou encore des quartiers mal famés ou des zones industrielles : ces zones sont d’ailleurs hyper fendardes, parce que vous y croiserez des petits Extra-Terrestres (qui ne manqueront pas d’essayer de vous matraquer la tête quand vous passerez devant) et des chiens bleus et même des zombies… En somme, c’est un peu dans le genre Paperboy, mais en plus trash en fait.
Des obstacles surgissent de nul part, au moment où on s’y attend le moins et vous font même des fois bondir de votre chaise tellement vous êtes focalisé sur votre bonhomme et votre livraison.
Plus vous livrez vite plus vous gagner d’argent. L’argent vous permet d’acheter des vélos plus performants (qui vont plus vite mais avec lesquels il sera plus difficile de freiner).

Le niveau de difficulté est graduel en fonction des niveaux, vous devrez recommencer plusieurs fois certaines livraisons pour arriver au bout du level, ce qui ne manquera pas de vous péter les nerfs. Mais en ce qui me concerne, j’adore ce genre jeu un peu sado maso. Vous pouvez (et devez même) faire des figures stylées avec votre bébé. Certaines des figures vous redonnerons du temps, d’autres vous permettrons de faire des sprints etc.

A côté de vos livraisons, vous pourrez aussi rentrer dans les gens et les taper. Par moment vous vous ferez même courser par des clébards qu’il faudra matraquer et vous aurez souvent l’impression que les voitures de la ville sont contre vous, à vous de les éviter en sautant par dessus ou en faisant des roues levées sur leur capot… mais attention, on ne peut pas faire des roues sur toutes les voitures.. là aussi, vous apprendrez à savoir lesquelles à force de vous faire défoncer.
Le must est que vous pouvez aussi vous faire poursuivre par la police pendant votre livraison (ça ajoute une difficulté supplémentaire), suffira de leur faire un geste obscène en passant à côté d’une de leur voiture ou de faire une roue levée avec votre vélo sur leur capot pour que Inter Pole vous poursuive.

En conclusion, CC est un jeu hyper fendard, pas trop facile, qui demande réflexe et Self-Control, et il est vraiment symbolique des jeux qu’on osait faire à l’époque.

Je vous parlerai maintenant d’un tout autre type de jeu, un RPG nommé Jade Cocoon.

Jade Cocoon est donc un RPG de Genki, société japonaise bourrée de talents mais assez peu connue dans nos pays européens.

L’histoire se passe sur la Terre de Parel, monde basé sur la foi des habitants en Elrhim, dieu de la forêt et source de toute vie. Sur ces Terres, les villages sont protégés par une Sphère Divine qui sépare forêt et habitation. Créatures et Humains. Chaque forêt possède un Maître des Cocons qui protège la forêt et ses créatures en les capturant, purifiant et dressant. Cela leur est permis grâce à leur ocarina, avec lequel ils peuvent capturer les monstres.

Vous incarnez Levant, un jeune Maître des Cocons, qui a maintenant l’âge de reprendre le flambeau de son défunt père. Un beau jour, les Onibubu, Sauterelles de l’Apocalypse, brisent la Sphère Divine et répandent une poudre soporifique sur le village qui endort la moitié des habitants. Levant est alors désigné pour se rendre dans les différentes forêt pour trouver l’Herbe de Cabalas. Une herbe magique qui est censée réveillée les villageois endormis.

Le Game Play alterne déplacements et combats. Ces derniers se font au tour par tour et ne sont pas aléatoires. Les créatures sont visibles et évitables (en passant à côté). Certaines vous poursuivront et seront difficilement étivitables car trop rapides, mais même si vous êtes chopé par une créature trop tenace, vous aurez la possibilité de fuir le combat. Vous aurez aussi la possibilité de capturer les créatures dans vos cocons (grâce à votre Ocarina) et de les purifier (vous en ferez en fait de la soie, qui sera par la suite vendable) ou d’en faire des créatures divines que vous allez dresser et/ou fusionner.

Le dressage se fait pendant les combats, vous faites combattre votre créature à votre place, si votre créature gagne, elle monte en niveau. Si vous capturez la créature, c’est vous (Levant) qui augmentez votre niveau. A vous d’alterner les deux pour garder un certain équilibre. La croissance de vos bébés se fait graduellement en fonction des niveaux gagnés.Si vous la fusionner, c’est l’ordre des créatures fusionnées qui aura un impact sur les statistiques de la créature finale.

Quand à vous, Levant – Maître des Cocons, vous commencerez par ne posséder qu’une simple Dague (et votre Ocarina bien sûr) puis au fil du jeu, les armes seront plus nombreuses et aussi plus efficaces. La panoplie d’armes disponibles est très intéressante et vous trouverez vite votre préférée.

Enfin, comme dit plus haut, le jeu est basé sur le mystique et les croyances, les créatures sont donc séparées en 4 éléments : l’eau, la terre, le feu et l’air. Leur élément aura une grande importance pendant les phases de combat, car chaque élément a un point fort et point faible : le feu est plus fort que l’air, qui domine la terre, laquelle surpasse l’eau, celle-ci étant très efficace sur les créatures de feu.

Bref, un très bon RPG avec une histoire vraiment sympa et des créatures très jolies.

J’aurais pu citer : Teams Buddies, Harry Potter 1 et 2, Lucky Luke, Snow Racer 98, Tony Hawks Skateboarding, Point Blank, Crime Crackers…

Nouvelle étude Gamestatistics.

stats

Bonjour les petits amis,

Aujourd’hui je me fais le relais des études gamestatistics en vous proposant leur dernière étude qui concerne les barème de notations dans les organismes de critiques vidéo-ludiques Français :

www.gamestatistics.fr/Analyse%20des%20notes%20de%20la%20presse%20francophone.pdf

Gamestatistics proposent des analyses régulièrement sur le monde du jeu vidéo et généralement en faisant un focus sur un jeu en particulier, leur travail est très complet et très intéressant. Si vous désirez aller voir les autres analyses rendues publiques, vous pouvez aller sur leur site et prendre connaissance des précédentes études qui portent par exemple sur Dishonored ou Guild Wars 2 :

http://www.gamestatistics.fr/

Le PEGI pour les moutons

Pour la petite introduction, le PEGI (Pan European Game Information) est une classification par âge et par contenu des jeux vidéos. PEGI apparaît pour la première fois en 2003, car avant le système s’appelait ELSPA (Entertainment and Leisure Software Publishers Association). ELSPA classait ses jeux uniquement en fonction de l’âge. Puis après une ré-évaluation des jeux vidéos, le système de classement par contenu est apparu.

Dans le classement par contenu, PEGI entend par là de classer le jeu vidéo en fonction des caractères qui peuvent en ressortir, c’est à dire la violence, la peur, la grossièreté etc. Ils instaurent donc un principe de petites images qui apparaissent derrière la boite du jeu (en plus de la classification par âge). Vous pouvez donc y trouver les vignettes suivants :

Violence = violence                                 Bad Language = grossièreté 

Fear = peur                                       Sex = sexe

Drugs = drogue                                   Discrimination = discrimination  

Gambling = jeux de hasard                      Online = jeu online

Si je crée aujourd’hui cet article, c’est pour discuter de cette classification, que je trouve plutôt intéressante mais qui est dispatchée bizarrement au niveau des jeux. Je m’explique.

Derrière un jeu LEGO, ou même le jeu Phenias and Ferb, vous trouverez les cigles suivants :

ViolenceFear

Alors que derrière un jeu comme FIFA 13, vous ne trouverez que :

Online

C’est là que la façon de classer les jeux par contenu m’interpelle. Les jeux LEGO sont purement mignons et ludiques, certains peuvent faire peur, je suis d’accord (LEGO SDA, par exmple), mais je ne vois pas où se situe la violence dans ce genre de jeu. Alors que pour moi (j’insiste là dessus, car c’est vraiment que mon avis), les FIFA sont beaucoup plus violents que les LEGO. Dans FIFA on peut tacler comme on veut et envoyer les joueurs sur la civière, il y a même des scènes où les joueurs se fritent avec les arbitres. Donc si on part de leur principe de classification, l’image « violence » aurait sa place derrière la boite parce que bon, envoyer des joueurs sur la civière, je trouve ça plus agressif qu’un Phineas and Ferb où il faut déglinguer de la gélatine violette.

Je pourrais donner un tas d’exemple un peu similaire à celui-là, mais la liste est longue. Par cet article, je souhaite simplement interpeller et connaitre les avis d’autres personnes. Est-ce que cette classification est utile ? Je pense que oui, pour donner une idée sur le type de jeu que c’est. Mais est-elle crédible ? J’en doute parfois.

Cette classification me fait même sourire, parce que quand je vois que Phineas and Ferb est classé comme étant violent et pouvant faire peur, alors que Courier Crisis n’a aucune classif’ et que tous les âges peuvent y jouer (bah oui, faire des fuck à la police et casser la binette des gens en leur donnant des patates et des châtaignes c’est pas violent) je me dis qu’il y a quand même un problème.

Et vous ? Votre avis ? Lâchez-vous, on ne lynche pas, ou pas trop 😀

Et sinon…

… On se présente !

Pixmutin et Namportekoi.

Les moutons du jeu vidéo pour vous servir.

moutonjeu

On aime jouer à presque tout et n’importe quoi, et on a souhaité garder une trace de nos avis sur les jeux ainsi que sur les actualités en général. Et quoi de mieux qu’un blog pour partager tout cela ? Vous le verrez, ici, le mouton est partout car on ne revendique pas grand chose si ce n’est juste : s’amuser et partager notre engouement quant à cette merveille qu’est : le jeu vidéo.

Alors enjoy !