2013 : Noeuds de consoles.

L’année 2013 s’annonce comme une année ou les jeux-vidéo en tant que tels seront sûrement relégués au second plan de l’actualité, dans l’ombre des consoles de huitième génération qui vont se bousculer tout au long de l’année dans nos magasins. Rarement autant de consoles seront sorties en même temps et nous allons également avoir l’occasion d’accueillir un bon nombre de nouveaux concurrents sur le secteur des plates formes de salon.

OUYA : Ouayaya ça va faire mal.

Concernant ce dernier modèle de jeu (le Free to play donc) il va recevoir un traitement spécial puisqu’il aura sa console de salon dédiée, et ce dés Mars 2013 avec la Ouya. Cette dernière, qui sera propulsée par Android (Jelly Bean), sera vendue aux alentours de 80€ (prix prévisionnel) et aura la taille d’un petit cube. Construite par une société qui s’est créée autour de ce projet : Boxer8, elle a été financée entièrement par Kickstarter. Les dev kit ont été rendus public en décembre 2012 et les consoles de développement, envoyées le même mois.

Munie d’une puce Tegra 3, qui est une puce à tout faire de chez Nvidia équipant actuellement les tablettes tactiles, elle se destine avant tout à faire tourner des jeux issus de ces dernières sur votre téléviseur. Mais pour rester concurrentielle, la jeune Ouya en garde un peu sous la pédale et on dit déjà qu’elle pourrait très vite s’engouffrer dans le créneau du cloud gaming, qui ne va pas tarder à prendre de l’ampleur.

Ce sera la petite première de l’année 2013, et je pense que cela lui sera profitable car elle ne souffrira pas d’une mise à l’écart totale due à la sortie des deux géantes de l’année (Xbox et PS4). Elle occupera de plus une position d’avant garde à bas prix qui pourra attiser une certaine curiosité. Wait and see.

Ouya 1

Ouya 2

STEAM BOX : On ne confirme rien mais on est quand même là.

Mais les petits ingénieurs de Boxer8 ne sont pas les seuls à débarquer avec leur sang neuf pour tenter de s’accaparer quelques parts de marché sur le juteux segment des plates-formes de salon, puisque Valve va aussi tenter de taper l’incruste dans la boite de pandore. Dans leur cas les spéculations allaient bon trains et la rumeur courrait depuis de nombreux mois sur leur projet de « Mini PC de salon prêt à l’emploi ». C’est avec un concept encore un peu flou que Valve va tenter de lancer sa Steam Box. Rien n’est encore vraiment confirmé, comme toujours avec Valve, mais la rumeur très insistante nous souffle que la boiboite tournerait sous Linux. Sachant que Valve vient d’apporter les derniers coups de truelles à la version officielle de Steam Linux, on écartera toute probabilité de coïncidence. Bien évidement la console aura un accès privilégié à la plate forme de Valve (ce qu’aucune autre console ne permet, format propriétaire oblige) mais rappelons que les jeux Steam tournant sous Linux sont pour le moment tout au plus une petite cinquantaine… Concernant le matériel je n’ai trouvé aucune info sur le net pour le moment, mais voici néanmoins les caractéristiques du prototype que la société Xi3 a créer pour Valve sous le nom de code Piston (source Lesnumériques) :

• CPU : x86 type quad-core à 3,2 GHz (modèle X7A)
• GPU : AMD Radeon HD 7660G à 384 unités de calcul (modèle X7A)
• RAM : 8 Go DDR3
• HDD : 1To

Cette console pourrait tirer un avantage certain de son accès à Steam, la plate forme de vente et de DRM étant devenue une véritable application au service des joueurs et disposant d’une cote de popularité sans pareille auprès des gamer du monde entier.

Piston 1

Piston 2

NVIDIA SHIELD : Originalité format « poignée de porte »

De façon beaucoup plus anecdotique, c’est Nvidia qui va lancer son propre projet : le Nvidia Shield. C’est la deuxième console de cette liste qui choisit Android pour fonctionner (Jelly Bean encore une fois) et la troisième qui choisit un OS libre comme couche de base. De là à dire que les grandes maisons veulent favoriser des supports ouverts et libres, il n’y a qu’un pas, que le capitalisme primaire m’empêche de franchir dans ce dossier. Mais l’approche sera ici très différente d’une console classique. Il s’agira plus d’une sorte de périphérique portable qui fera marcher de petit jeu en natif et qui fonctionnera comme un relais à distance pour d’autres. Il se présentera sous forme d’un écran de cinq pouces greffé sur une manette qui semble fortement copié du standard X-box 360 et dans laquelle on aura fourré les composants nécessaire au fonctionnement de la bête.

Les jeux android fonctionneront en local / natif depuis la console, le matériel embarqué étant suffisant pour cet usage. Mais la vraie killer features du project Shield ne se situe pas là, son véritable atout c’est le streaming de jeux PC tournant sur un ordinateur délocalisé. Pour le moment le principe est basique et permet, à courte distance (mettons dans la même maison) de jouer à un jeu tournant depuis un de vos ordinateur sur votre petite manette à écran. Contrecoup : le PC hôte est immobilisé faute de technologie associé pour virtualiser le GPU, mais j’imagine qu’Nvidia va travailler sur ce point car ce serait un sacré argument de vente (vous jouer à votre jeu préféré sur votre Shield pendant que votre mari / femme / gosse continue de se marrer comme un baleine devant les lolcats de youtube). Un autre point fort est qu’il sera possible d’utiliser Nvidia Shield comme intermédiaire pour balancer vos jeux PC sur l’écran de votre télé et utiliser ainsi uniquement le pad de la console pour jouer sur le téléviseur. Hardware.fr qui a pu tester le produit précise tout de même qu’ils n’ont pu jouer que sur le petit écran et n’ont pas pu se rendre bien compte des problèmes d’images dues au streaming (artéfact, alisasing, upscalling éventuel…).

Nvidia Shield 1

Nvidia Shield 2

GAMESTICK : Plus petit tu meurs.

Beaucoup plus récent, le projet Gamestick, par PlayJam, vient juste de récolter ses 100 000 $ et va donc pouvoir se terminer dans la joie, malgré un soubressaut de copyright qui a bien faillit lui couter sa campagne. Ce dernier veut proposer une console sous forme de clef USB, plugable dans une petite manette dédié, pour jouer sur tout les téléviseurs compatibles très facilement. Néanmoins et malgré mes recherches, je n’ai pas trouver plus d’infos sur les futurs jeux du catalogue même si on peut déjà affirmer que les jeux Android seront forcément de la partie puisque la console clef USB tournera sur Jelly Bean (et encore une!). Pcinpact nous dis tout de même que le Gamestick est entièrement autonome et affiche les caractéristiques suivantes :

CPU double cœur Cortex A9, mais la fréquence n’a pas été donnée.

GPU mail 400mp à 300mhz

1go de DDR3

8go de mémoire Flash

Wifi 802.11 b/g/n

Un petit projet qui va peut-être avoir du mal à s’imposer face au Nvidia Shield vu que son seul véritable argument actuel est sont extrême portabilité.

GameStick 1

Gamestick Promo Pics

XBOX 720 et PLAYSTATION 4 : Poussez-vous les morveux.

En fin d’année nous assisterons, impuissants, à la sortie pharaonique des deux grandes géantes qu’on ne présente plus vraiment, et sur lesquels nous croulons d’info en tout genre, de la plus inutile à la plus fondamentale, et faire le tri dans tout ce mic mac n’est pas des plus simple. La sortie des deux monstres est attendus pour la fin d’année, vraisemblablement aux alentours du mois de Novembre selon ce que j’ai pu lire un peu partout. Les consoles de Microsoft et de Sony sont toujours sensiblement les mêmes et à travers toutes les infos qui circulent on ne note aucun réel changement de politique vis à vis de l’orientation des plates forme : Sony fait des consoles de jeu pur et dur et Microsoft des plate forme multimédia qui font aussi console.
Je me permet également de ne pas mettre d’image de ces deux dames, les concepts finaux n’ayant pas encore été dévoilés.

Du coté de Sony, on murmurait beaucoup il y a un mois ou deux à propos d’un système anti revente d’occasion (un brevet posé par le géant Japonais le 9 décembre dernier semble orienter la technique vers l’écriture d’une puce RFID, gravant à jamais l’état « vendu » sur le jeu). Sony ne cache d’ailleurs plus du tout son hostilité vis à vis du marché de l’occasion dans ses déclarations publiques récentes mais aucune confirmation d’action concrète n’a été faite par le constructeur.

La Playstation 4 sera apprêtée avec des puces AMD : processeur à 8 cœur cadencé à 1,6ghz ainsi qu’un GPU Radeon plus ou moins aligné avec la 7970M en terme de performance. Les deux puces seront réunis sur un même SoC, le tout avec 4Go de GDDR5.

Chez Microsoft on aura une console qui sera, bien entendu, propulsé par Windows 8 et qui alignera un matériel presque complètement identique à celui de la PS4 puisque les deux consoles partageront un processeur issue de la même famille Jaguar de chez AMD à 8 cœur (en réalité 4 cœur émulés). On aura ici 8 Go de DDR3 et aucun choix définitif communiqué à propos de la puce graphique.

Deux bonnes config qui devraient enfin permettre aux consoles de tirer vers du 60 fps avec support natif des grandes résolutions (enfin j’espère, sinon je vois pas à quoi ça servirait d’aligner ce type de matériel). Au final en novembre nous sortirons du cycle de vie le plus long que l’histoire des consoles ait jamais connu puisque nous aurons passé 8 ans avec les mêmes boites sans voir l’ombre d’un changement. Ce type de cycle à rallonge (qui vont tendre à s’allonger encore plus) permettent aux constructeurs d’essorer le support jusqu’à la moelle et de rentabiliser à fond leur investissement, mais du coté des jeux on en souffre en terme d’évolution technique et technologique puisque les développeurs sont forcés de stagner pendant des années avec le même matériel. J’espère tout de même que cette génération de console signera le coup d’arrêt de la course au photo réalisme et un retour de certains studios à du développement natif sur PC.

On notera aussi que les deux géants ont choisis de s’équiper presque 100% chez AMD (carte graphique et processeur chez Sony et processeur seulement chez Microsoft) ce qui constitue un revirement inattendu pour le fondeur qui connaissait jusque là des années noir.

Dix milles euros pour deux têtes de bétail.

Arma-3-logo

Les deux employés de Bohemia interactive qui avaient photographié une base militaire Grecque sur l’île de Lemnos aux alentours de début Spetembre dernier viennent d’être libéré sous caution de 5000€ après 128 jours de prison.

Les deux développeurs en vacances à ce moment là en Grèce ont contre eux le fait que le prochain Arma se passera justement sur l’île de Lemnos et on soupçonne fortement que nos deux « touristes » se sont laisser aller à prendre des photos du site pour le design de la future map. Arma 3 est un jeu qui doit vraiment déplaire aux autorités Grecque et les accusations d’espionnages qui pèsent contre les deux hommes n’ont pas été levés, ce qui veut dire qu’ils devront potentiellement retourner en Grèce pour y être juger pour espionnage.

Personnellement et même s’il est de notoriété publique que la Grèce n’a jamais plaisanter avec l’armée, je trouve que 128 jours de prison, comme ça aux détours des vacances, ça peut changer un homme et que c’est très cher payé pour le crime qu’ils ont commis (car crime il y a malgré tout, c’est interdit aussi en France de prendre le moindre cliché d’un site militaire et c’est normal).

J’espère pour eux qu’ils retrouveront leurs vie et leurs famille et qu’ils réussiront à se remettre de cette traumatisante expérience carcérale qui les poursuivra surement toute leur vie.

La tondeuse pour Game

Ça planait sur leur tête depuis Mars 2012. Aujourd’hui ils sont en liquidation (et pas de la fausse !) :
– 60% sur les jeux neufs
– 30% sur les jeux d’occasion
– 30% sur les consoles en général et autres accessoires.

Non, vous ne rêvez pas, vous pouvez acheter Dishonored pour 20 euros, ainsi que Fifa 13 pour la modique somme de 28 euros. Vous rêviez d’une PSP mais vous n’aviez pas les moyens, foncez, elles sont à 35 euros. Les DS à 89.

De quoi se réjouir, ou pas.

Non parce qu’en vrai, si on a un peu de coeur, c’en devient presque déprimant de voir les vendeurs de Game se faire dépouiller leur magasin quand on sait qu’ils ne sont plus payés correctement depuis presque un an et qu’ils s’assoient sur les heures sup’ depuis un moment aussi. Même si je comprends que l’occas’ d’avoir des bons jeux pour pas cher est bien trop belle pour la laisser passer, par pitié, un mot gentil au vendeur quoi, ou juste un sourire… c’était la phrase coup-de-gueule de l’article.

Pour en revenir au sujet, je dirais simplement que c’était à prévoir et que le prochain sur la liste est Micromania. De toutes façons, les magasins de jeux vidéos sont tous sur la pente raide avec le demat’ qui prend le relais, la concurrence se fait rude. Bah oui, parce que même si c’est toujours classe d’avoir un jeu boite avec la jaquette et tout et tout, bah le porte feuille il préfère un jeu à 10 euros sans la boite qu’un jeu à 40 euros complet.

dematerialisation

Exemple : les Final Fantasy. Sur le PS store, vous les trouverez à 9.90, comme dit, c’est juste le jeu, sans la boite, sans la notice, sans le CD. Mais si vous voulez le tout, vous devrez débourser la modique somme de 60 euros (minimum). Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Parce que, le demat fait surtout mal au PC maintenant. Mais qui ne se laisserait pas tenter par du dématérialisé quand on voit les prix ? Les magasins de jeux vidéos ne peuvent pas s’aligner sur ces prix là, et comme dirait pixmutin, si ça continu, les derniers pourvoyeurs de jeux boites seront Priceminister et Amazon.

Et sinon, je pense que si vous allez à Game demain, vous y trouverez trois/quatre jeux sur des rayons par ci par là, mais rien de plus, parce que presque tout est déjà parti. Avec un peu de chance, vous y trouverez encore une XBox à 160 euros ou une PSP à 35.

THQ se fait tondre.

Copie de thq_faillite


Si vous ne connaissez pas trop le studios et plus les jeux qu’il édite et développe, sachez que THQ est le propriétaire de grosses licences auxquelles vous avez peut-être déjà jouer telle que Saints Row, les Metro (2033 et Last Light), tout les jeux sous licences Warhammer (sauf Batlle, que game workshop a sauvé en apprenant la mauvaise posture de THQ et en refilant le bébé à un autre studio), Company Of Heroes, Darksider, De Blob, Freespace, Red Faction ou encore les vieux jeux de catch (WWF vs NWO etc…).

Ce studio, qui prenait le parti d’éditer des jeux originaux et différents, vient de déclarer faillite et a tenter d’être racheter par Clearlake dont l’activité est d’acquérir des compagnies faillitaires et de les morceler pour les revendre à pleins d’autres boites. L’accord entre les deux partis semblait permettre à THQ de continuer à développer ses licences et de ne pas être impacter par la revente. Néanmoins la justice Américaine à pointer du doigt la trop rapide conclusion de la vente et le prix dérisoire de 60 millions de dollars qui la concluait. Ainsi le délai pour la revente de THQ est rallongé de plus de trois semaines et Ubisoft ainsi que Warner Bros se sont manifestés comme client potentiel pour certaines licences du studio.

De leur coté les créancier de l’éditeur (Wells Fargo en tête) désirent voir la société morcelée et vendue au détail.

Metro Last light et South Park : Stick of Truth seront les dernier jeux de THQ à sortir, soit car leur état d’avancement est trop poussé pour être avorté (Metro Last light est déjà édité) soit parce que l’entièreté du développement et de la gestion ont été préalablement transféré à un autre studio (South Park : stick of Truth est entre les mains d’Obsidian).

Pour mémoire ils ont tenté un coup de poker il y a un peu plus d’un an avec la Udraw, une tablette qui pouvait se connecter à votre console de salon pour dessiner sur l’écran de la télé. Le projet à été un échec retentissant faisant perdre près de 30 millions de dollars au studio, une perte dont il semble ne plus pouvoir se relever.

C’est d’autant plus rageant que ce qui aura causer leur étouffement financier ne concerne même pas le jeu-vidéo à proprement parler et que tout le brio du studio, qui s’exprimait à travers des jeux uniques, va s’écrouler à cause d’une panée de commerciaux qui ont pris les mauvaises décisions.

Il y a fort à parier que Ubisoft, Warner ou autre studio de grande envergure vont faire main basse sur quelques unes de ces bonnes licences, les casualiser, mettre un peu de boum boum et de « American occident first » dedans, et en faire des jeux de merde grand public dont ils ont le secret.